Manzanares El Real

Lorsque l’on dit qu’on va passer un weekend à Madrid au mois de février, tout le monde pense tout de suite aux tapas, aux bars, aux filles (ou garçons selon les goûts) ou encore aux soldes, mais peu de personne imagine sortir de la ville pour aller visiter les alentours. Et c’est bien dommage car un de mes meilleurs amis m’a fait découvrir un petit coin de paradis pour les randonneurs et les amoureux de la nature.

Aux portes de la ville, la nature.

Non loin du centre ville de Madrid on peut rejoindre les cigognes et les faucons dans la petite ville de Manzanares El Real.

manzanares-el-real-6

Il ne faut que 45 minutes de bus pour sortir du centre et arriver au châteaux de Manzanares. Il n’y a que très peu d’information sur cette petite ville du nord de la capital espagnole. Il y a près de 8000 habitants et elle se situe entre le lac de Santillana (réservoir artificiel) et la Pedriza, montagne de granite qui avec la forêt de conifère donnent au lieu des airs de monts enchantés d’où peut sortir à tout moment des gnomes et autres leprechauns.

La ballade

La montagne est accessible à différent niveau, si vous y allez en bus vous arriverez en centre-ville juste devant le château de Manzanares. Malheureusement je n’ai pas pu le visiter car on a préféré se lancer dans la randonnée pour la journée. Ca sera pour une prochaine fois.

manza-phone-16

Le but de la visite est d’aller à la Charca Verde, un bassin situé au pied de la montagne d’une couleur vert émeraude. Selon l’office de tourisme on en avait pour 14 kilomètres allez-retour.

En partant du château il suffit de suivre une route pendant environ 30 à 40 minutes avant d’arriver dans le parc naturel. Ce qui est déjà impressionnant c’est le nombre de faucons qui volent à basse altitude. C’est la première fois que j’en voyais en liberté et en aussi grand nombre. Malheureusement avec la pluie qui nous jouait des tours je n’ai pas pu les prendre en photo.

Sur la route on passe devant de nombreuses maisons qui ne laissent aucun doute sur la classe sociale des personnes qui y habitent. Ce sont des maisons luxieuses avec de grand jardin mais sans pour autant dénonter dans le décor. Il arrive même parfois que les roches et autres falaises fassent partie intégrante de l’architecture.

manzanares-el-real-11

Une fois la civilation passé on commence la marche dans le parc naturel. Dès le départ on suis la rivière qui donne son nom au lieu : la Manzanares. Je ne sais pas si ça a un rapport mais le nom de la rivière me rappel la boisson alcoolisée à la pomme verte (Manzana) et l’eau de la rivière a un teinte verdâtre… A mon avis il y a anguille sous roche.

manzanares-el-real-44

Pendant plusieurs kilomètres on va longer la rivière qui est la définition même de l’eau vive. Il y a beaucoup de petits bassins, des mini cascades et le tout entourée de roches de granite rougies par l’oxidation sur une rive et de magnifique conifère sur la rive d’en face. La marche n’est pas très compliqué, mais le sol est très glissant à cause de la pluie. Je me dis à plusieurs reprises que la chute n’est pas loin mais que malgré tout sous le soleil de plomb cette ballade serait moins agréable.

Sur le chemin il y a plusieurs ponts en bois qui permettent de traverser d’une rive à l’autre, selon que souhaitez rester à l’ombre ou pas. Ou si vous souhaitez un peu de challenge ou pas. En effet, à un moment donnée vous aurez la possibilité de bifurquer et de choisir entre le sentier dans la forêt ou le chemin de terre bien lisse. Bien évident le sentier par la fôret à été notre choix. Marche sur une route bien large n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus excitant.

Se perdre pour mieux visiter

Après près de 2 heures de marche, on arrive devant un petit bassin et il n’y a pas d’indication ou même de signalisation. On le trouve beau et on en profite pour faire une pause. Mais on se dit alors qu’on est pas encore arrivé, car dans nos têtes on aurait dû arriver à un grand lac. Et on commence alors à crapahuter dans les environs. Et on fini par faire tout ce qu’il ne faut pas faire dans la fôret.

manzanares-el-real-92

On commence par grimper le long de paroies glissantes (tant bien que mal… surtout mal pour moi) et on essaye de contourner le bassin car de toute évidence on n’était pas encore au bout de la route. Après une bonne demi-heure de grimpette et de zig-zag entre les arbres et les rochers on se rend compte qu’il y a de moins en moins de chemin, et encore moins de sentier. On se rend à l’évidence, le petit bassin d’avant était bien La Charca Verde.

On rebrousse alors chemin, mais impossible de redescendre par la où on est monté car les paroie sont trop glissantes et trop à pic. On prend alors la direction du sommet et on commence à érer dans les bois dans l’espoir de trouver une zone moins escarpé et pouvoir redescendre.

Il nous a fallu bien une heure pour trouver un endroit pour redescendre, on a eu quelque frayeurs, mais le point positif reste la vue magnifique sur la vallée.

manza-phone-10

Ce fut une ballade intense, sous les nuages mais dans un cadre magnifique et parfois magique.

Je le conseille à toutes les personnes qui aiment les randonnées ou la nature.

Galerie

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s